J’ai encore lu hier l’une des ces phrases toute faite, comme l’on peut en lire régulièrement dans le milieu du développement personnel :

« Un esprit négatif ne vous donnera jamais une vie positive »

Je vais tenter de vous expliquer en quoi ce genre de phrases simplistes dites de pensée positive sont inefficaces et peuvent même agir de façon contre productive comme de véritables poisons.


1 – La première aberration de cette phrase est l’utilisation du terme « jamais » que l’on peut ranger avec son copain « toujours ». Toujours et jamais n’existent pas pour celui qui s’intéresse au mouvement de la vie. Ce sont des inventions de conditionnement du mental créés par celui-ci pour conforter l’égo dans de rassurantes illusions. Ces deux mots sont de puissants virus capables de figer n’importe quel potentiel d’évolution.
2 – La seconde aberration que l’on rencontre souvent c’est l’opposition manichéenne du positif et du négatif, du bien et du mal, des méchants et des gentils… Cette vision témoigne au mieux d’une douce naïveté et au pire d’une dangereuse méconnaissance des principes sous jacents de notre existence quand il s’agit de méthodes véhiculées par de pseudos thérapeutes.

– Tout d’abord, la douleur, la tristesse, la colère, l’angoisse ou la peur ne sont pas des émotions négatives à ignorer et refouler. Ne pas reconnaitre la difficulté que l’on rencontre ou que l’autre rencontre c’est mal se considérer ou mal considérer l’autre en niant une partie importante de l’autre. Ces émotions font partie de lui à cet instant et tout individu a besoin d’être considéré dans sa globalité, avec ses forces et ses faiblesses. C’est le principe même de l’amour véritable qui oppose l’acception libératrice par le lâcher au prise, au contrôle et à l’idéalisation par l’égo et la volonté.

– La négation de la difficulté a un effet pervers : l’obligation de réussite. S’interdire la vulnérabilité c’est se mettre une pression excessive, qui ne tardera pas a céder à chaque difficulté plus forte entrainant l’inévitable culpabilité de ne pas être à la hauteur. C’est non seulement bête mais réellement cruel que de répéter aux personnes en difficulté que leur difficulté n’est que dans leur tête et qu’il leur suffit de changer leur façon de voir les choses. Sous entendu : « C’est de ta faute si tu es en difficulté et c’est de ta faute si tu ne t’en sors pas ». Vous avez le droit d’être vulnérable et il n’y a aucun intérêt à comparer sa vie à un quelconque modèle de bonheur et à se comparer aux autres. Tout le monde souffre, c’est l’une des premières lois de l’existence et il n’y a rien de pessimiste à considérer que la vie est en premier lieu douleur car la reconnaissance de son état est le premier pas vers la délivrance, ce qui en fait finalement une vision fondamentalement optimiste. Ainsi, si vous avez le droit d’être vulnérable, vous avez néanmoins le devoir de le reconnaitre et de l’accepter, à votre rythme sans comparaison aucune avec les autres.

– La pensée positive est en réalité une force d’appel négative. La mode de la pensée positive nous fait croire qu’il suffit de visualiser l’amour, la santé, la richesse pour que l’univers nous le serve sur un plateau. Je pratique le Feng-Shui et c’est la même chose dans ce milieu, il suffirait d’activer les bons secteurs : Un peu d’eau au Sud-Est pour être riche, du quartz-rose au Sud-Ouest pour rencontrer l’amour, etc. Mais si cela était aussi simple, tout le monde serait riche, en couple et en excellente santé… Au delà du piège de la passivité qui nous fait croire qu’il suffit de le vouloir pour l’obtenir, sans aucun effort réel… Il y a ce que l’on appel le principe de la prière négative : cultiver un positivisme superficiel sans reconnaitre les peurs sous jacentes à ses demandes renforce davantage les difficultés. Derrière chaque demande d’argent, il y a la peur d’en manquer. Derrière chaque demande d’amour, il y a peur de ne pas être aimé ou d’être seul. Il est vrai que l’Univers répond à nos demandes, pas celles de notre égo et de notre mental mais celles de notre être entier et notamment sa plus grande partie constituée de systèmes inconscients, de croyances limitées toutes basées sur la peur.

Tout le monde souffre, et la Joie n’est pas gratuite. Tout comme le soleil d’été ne peut ignorer le brouillard de l’hiver, la Joie est un art pour lequel il faut du talent et/ou du travail. La peur, le doute, la douleur, la maladie, l’injustice, toutes ces choses prennent racine dans l’ignorance. Ignorance du monde dans lequel on vit, ignorance des autres, ignorance de soi surtout et de la nature profonde de l’existence. Mais il ne suffit pas de connaitre, il faut aussi reconnaitre. La Vérité est douloureuse et sans compromis.

Quand j’ai connu la Vérité,
J’ai cru que c’était une amie ;
Quand je l’ai comprise et sentie,
J’en étais déjà dégoûté.

Et pourtant elle est éternelle,
Et ceux qui se sont passés d’elle
Ici-bas ont tout ignoré.

Dieu parle, il faut qu’on lui réponde.
Le seul bien qui me reste au monde
Est d’avoir quelquefois pleuré.

Alfred de Musset – Extrait de « Tristesse »


Jérôme

Consultant Feng-Shui, designer graphique et praticien Shiatsu, je vous propose sur Naturellement Feng-Shui mes services, conseils et découvertes dans les domaines du développement personnel et professionnel.


0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *